Restaurant Brugmann

Il est toujours difficile de faire la critique d’un restaurant aussi récent (ouvert depuis le printemps 2015), avec une telle ambition et sur lequel on a déjà tant écrit. En acceptant l’invitation de Brugmann, nous voulions nous faire notre propre idée lors d’un lunch bien sympathique en terrasse et partager notre expérience…

Occupant une magnifique maison de maître, en bordure du parc de l’Abbé Froidure, le Brugmann fut tour à tour la maison de Georges Brugmann, le siège des Monuments et des Sites de la Région et l’antre d’Eric Boschman.

Brugmann

Revue en profondeur, la déco est stylée et étudiée pour plaire à une clientèle plutôt « branchée », un rien bling bling, avec quelque chose qui, dans l’esprit, rappelle la Villa Natka. Que l’on aime ou non, reconnaissons dans le travail de l’architecte Annie Mesmin, une réelle recherche qui rend l’ensemble harmonieux.

L’atout majeur demeure inévitablement la terrasse : gigantesque et verdoyante, il s’agit effectivement de l’une des plus belles de Bruxelles. L’apéro se prend au bar et l’on s’attable ensuite pour découvrir la cuisine de Matthias Van Eenoo, un jeune chef dynamique, fraichement débarqué de Paris. Passé par de grandes institutions, dont dernièrement l’Opéra Garnier à Paris, son palmarès est impressionnant.

Brugmann

Entouré d’une importante équipe, il s’est lancé un défi de taille en prenant la tête du Brugmann. Un projet d’une telle envergure reste relativement rare à Bruxelles, avouons-le; et rien que cela force le respect.

Mais qu’en est-il concrètement dans l’assiette ? La lecture de la carte, courte, révèle que l’accent est mis sur les produits de saison préparés avec une pointe d’originalité. Notons aussi un lunch (24 euros).

Nous y avons ainsi dégusté en entrée des supions/encornets poêlés, poivrons et chorizo délicieux. Un peu trop cuits mais riches en saveurs.

Brugmann

Les langoustines croustillantes, pour leur part, sont agréables et joliment présentées mais sans doute un peu en retrait au niveau du goût. En accompagnement, le Santenay vif et fruité de Jacques Girardin est bien choisi.

En plat, le turbot, s’il est d’une belle qualité, est malheureusement un peu trop fade. Dommage car il est assez rare d’en lire sur une carte. Par contre, le filet d’agneau, en croûte d’herbes, mousseline de carottes à la citronnelle, jus court au romarin, est bien parfumé. La viande est tendre et le mélange d’herbes apporte à l’ensemble quelques joyeuses notes du sud.

Brugmann

Pour les desserts, retenons le diplomate à la vanille et caramel au beurre salé, gourmand comme on se l’imagine.

Quel est le sentiment à la sortie de table ? En terrasse sous le soleil, il est positif. On flâne, on profite de la vue. L’envie de bien faire est palpable et face à certains avis mitigés, gardons à l’esprit que ce paquebot, malgré le chemin parcouru et les attentes qui sont grandes, en est à ses débuts. C’est donc avec une certaine confiance et curiosité que l’on reviendra découvrir la carte d’hiver…

Brugmann

Bar B

A notre que depuis l’automne 2015, le Bar B s’est ouvert au 1er étage ! Ce bar à cocktails a été pensé par l’architecte d’intérieur Annie Mesmin.

Cet espace élégant est aussi privatisable !

Ouvert du mardi au dimanche, midi et soir.

  YoupiNote : 7/10

Restaurant Brugmann
Avenue Brugmann, 52 / 54
1190 Bruxelles

Tél : +32 2 880 55 54

http://brugmann.com

Brugmann Brugmann Brugmann Brugmann Brugmann Brugmann Brugmann Brugmann BRUGMANN - Bar extérieur Brugmann

 

 

Votre commentaire :

Tenez-moi au courant :
avatar
wpDiscuz