Rémy Martin, le cognac

Apprécier les choses précieuses, prendre le temps de reconnaître le travail et l’expertise des gens de métier nécessite patience et apprentissage.

Cette éducation au goût est indispensable pour apprécier certaines oeuvres complexes sur lesquelles le temps a une emprise. Il en est ainsi du cognac. Ce produit précieux, qui lorsqu’il est parfaitement maîtrisé, atteint des sommets de perfection et procure un plaisir sans limites aux connaisseurs.

Apprécié depuis l’antiquité, le cognac a gagné ses lettres de noblesse au cours des siècles, jusqu’à être sacré « appellation protégée » au début du 20e siècle.

 

 

Découvert sur le tard aux Etats-Unis, où la légende veut que ce soient les GI’s qui le firent connaître à leurs proches au lendemain de la seconde guerre mondiale, il entre désormais dans la composition de nombreux cocktails outre-atlantique.

 

Cette eau-de-vie fine, obtenue par distillation au départ de raisins (principalement Ugny blanc), ne peut être produite que suivant une charte très stricte et provenir exclusivement de la région de Cognac, dans le sud ouest de la France. Le cognac est souvent dénommé VS (Very Special), V.S.O.P., Réserve ou V.O (Very Superior Old Pale ou Very Old), pour les plus jeunes. Les plus raffinés, et rares, sont les X.O. (Extra Old), Extra ou Napoléon grâce aux eaux-de-vie plus âgées entrant dans leur composition.

 

Certaines grandes maisons ainsi ont déployé un redoutable savoir-faire en matière de sélection, de dosage et d’élaboration, parmi lesquelles l’une des plus prestigieuses et des plus vénérables: Rémy Martin.

 

Excellence et perfection

Depuis plus de trois siècles, la Maison Rémy Martin élabore dans son fief de la Charente, ses somptueux cognacs au départ des eaux-de-vie les plus fines élaborées en Grande Champagne (élevée au rang de 1er cru de cognac) et en Petite Champagne. Le résultat obtenu est un produit riche, complexe, élégant et harmonieux. Particularité de ses cognacs: ils offrent une opulence et développent une longueur étonnante en bouche.

Dans la conception de ces crus, tout l’art réside dans la constance, la maîtrise exceptionnelle et le savoir-faire des Maîtres de Chai qui se sont succédés au sein de la Maison.

Après avoir œuvré à la destinée de Rémy Martin durant une dizaine d’années, Pierrette Trichet, la première femme Maître de Chai, a récemment cédé sa place tant convoitée à Baptiste Loiseau.

 

 

Continuité dans la tradition

Celle qui a tant apporté à la renommée de Rémy Martin, a de tout temps démontré son esprit visionnaire, indispensable pour ancrer un tel patrimoine dans la durée. On se souvient notamment qu’elle fut à l’origine d’assemblages mythiques telle que le sublime LOUIS XIII « Rare Cask ». Ce pur bijou composé de plus de 1200 eaux-de-vie dont l’âge varie de 40 à 100 ans est réservé aux amateurs les plus éclairés… et les plus fortunés.

C’est tout ce génie et cette connaissance que Baptiste Loiseau reçoit en héritage. Somptueux cadeau pour cet ingénieur agronome de 34 ans, natif de la région de Cognac, qui n’est pas un inconnu dans ce milieu très prisé puisqu’il est entré chez Rémy Martin en 2007. Déterminé et doté d’un talent naturel reconnu par ses pairs, Baptiste Loiseau participera avec passion à l’élaboration des nouvelles cuvées grâce à ses compétences tant louées par Pierrette Trichet, elle-même.

Il devient ainsi le gardien d’un trésor bien gardé et le digne représentant d’une illustre lignée de Maîtres de Chai, initiée par André Renaud, créateur de l’assemblage Fine Champagne et devenu par la suite président de Rémy Martin.

 

De la théorie à la pratique: 3 adresses où déguster du Rémy Martin

A Bruxelles, deux belles adresses sont à recommander aux amateurs de Rémy Martin VSOP. Le bar l’Archiduc, tout d’abord, est connu pour être le haut lieu du jazz depuis la fin des années 30. On imagine avec une pointe d’envie l’histoire que pourraient raconter ses murs qui virent s’y produire les plus grands artistes tels que le pianiste Stan Brenders. Ambiance interlope des débuts, soirées chaudes et festives, les amateurs le savent, un tel établissement s’apprécie d’autant mieux un verre de bon cognac à la main.

 

Autre lieu, autre ambiance, l’hôtel Métropole, mythique lieu s’il en est, est un plaisir pour esthètes amateurs des belles et bonnes choses. Il permet, en effet, au Bar « 31 », de déguster un cognac Rémy Martin tout en admirant la nouvelle décoration, imaginée par Sandrine Saint-Hilaire dans un style fin 19e revu au goût du jour. Dès ce printemps, savourer un tel élixir à la terrasse de ce 5 étoiles sera un must absolu.

Citons enfin, une adresse incontournable des nuits anversoises. Depuis 2000, en effet, le bar à cocktails Sips s’est forgé une sacrée réputation auprès d’une clientèle exigeante pour la qualité de ses cocktails Premium. On songe ici au célèbre Sidecar, préparé ici dans les règles de l’art. Né au Harrys Bar de New York, ce subtil dosage de Cognac et de Cointreau est reconnu pour son élégance empreinte de douceur.

 

Une idée de cocktail ?

Voici une idée de cocktail à composer chez soi et conçu par Marco Barrichi, le barman du Badian Bar du Dolce à la Hulpe. Ce « runer-up », lauréat de la 2e place au concours du meilleur barman de Belgique, a baptisé sa création:  « Don Romualdo ». Pour le réaliser, mélangez 3 cl de Perrier, 0,75 cl de jus de citron, 1 cl de sirop de sucre de canne Giffard, 1,75 cl de Grand Marnier, 2 cl de Amaro Ramazzotti et terminez par 2 cl de Cognac Rémy Martin Cœur de Champagne.

avatar
  Subscribe  
Tenez-moi au courant :