Brinzl

Une cheffe à la tête d’un restaurant est malheureusement une chose encore trop rare. On s’est dès lors réjoui lorsque Laure Genonceaux a ouvert le Brinzl à Uccle. Ce n’est dailleurs pas un hasard si elle a choisi les murs de Bon-Bon (parti poursuivre son incroyable destinée, on le sait, du côté de Woluwé) : elle a fait ses armes auprès du grand Christophe.

Un mot sur le nom : signifiant « aubergine » en créole, il est un clin d’œil affectueux à ses orgines Mauriciennes. Certes un brin équivoque car il nous a probablement influencé dans nos expectatives : la cuisine ici n’est pas dans la tradition des îles mais largement française et relativement classique.

 

 

Citons brièvement quelques plats dégustés au menu : les coquilles  Saint-Jacques et leur mouseline de potimaron, le bar parfaitement cuit et son ketchup maison (si, si),  le bœuf et son chicon braisé ou encore le tartare de clémentines (un peu quelconque celui-là). On se doute, il fut difficle d’accoder un vin à tout ceci, et l’on a suivi la sommelière en optant pour un VDP de l’Ardèche : La Souteronne d’Hervé Souhaut, un Gamay très réussi.

Les prix se situent dans la tranche haute (plus de 50€/pers) et le cadre est sobre.

 

 

 

Qu’en retenir ? Difficle. On aurait souhaité adorer. Au final, il subsiste une vague impression d’être restés sur notre faim. C’était certes bon, mais peut-être trop attendu ou du moins sans plat qui puisse se démarquer suffisamment pour en garder un souvenir prégnant. Si tout était maîtrisé, il manquait toutefois ce grain de folie que l’on espérait de la part de Laure Chenonceau. Sans doute un soir « sans », comme cela arrive à tous les grands chefs. On reviendra…

 

 

 

Ouvert du mardi au samedi soirs, et les jeudi et vendredi midis. Fermé dimanche et lundi.

 

YoupiNote : 7,5/10

 

Brinz’l

Rue des carmellites, 83

1180 Bruxelles

Tél : +32 2 218 23 32

http://www.brinzl.be

 

   

 

Votre commentaire :

Tenez-moi au courant :
avatar
wpDiscuz