Au Stekerlapatte

Derrière ce nom alambiqué, ce cache un petit resto typiquement bruxellois bien sympathique. Perdu dans une petite ruelle, proche du Palais de Justice, ses origines remontent à la fin des années 70. Incontournable dans les années 80-90, il connut, par la suite, des hauts et surtout des bas, passant de mains en mains sans succès, jusqu’il y a un an…

 

Stekerlapatte20153

 

L’arrivée de Lam Chen et son époux Luc Wittervrouw marque heureusement une reprise en main sérieuse de cette institution dont ils ont conservé le nom.

C’est dès lors avec beaucoup de curiosité que l’on a accepté l’invitation des patrons à venir constater par nous-même le résultat de cette renaissance.

Si l’endroit a conservé son charme rustique et un brin désuet, il a toutefois subi un sérieux rafraîchissement, prêt à accueillir un peu moins d’une centaine de couverts. Quel défi !

 

Stekerlapatte20155

 

Même s’il y a encore peu de monde ce mardi soir, l’ambiance est agréable et l’accueil de Madame Chen aussi simple que sympathique. Si la carte fait la part belle aux plats bien de chez nous (terrine maison, jambonneau à la moutarde ou bloemplanch (boudin noir)), l’influence de la patronne, d’origine chinoise, se manifeste au travers de quelques préparations asiatiques qui rendent la carte attractive et originale. Question de varier les plaisirs.

Pour nous faire une idée de l’ensemble nous débutons par des calamars en encornets frits et un chutney de tomates. Très bon, même si l’assiette est vraiment très généreuse. En accompagnement un très joli verre des Chênes de Bouscaut, un Pessac Leognan aux accents fumés.

 

Stekerlapatte20156

 

Autre entrée dégustée : des scampis au curry rouge qui explosent en bouche : bien relevés, on aurait cependant espéré ici l’un ou l’autre scampis supplémentaires.

En plats, le lapin à la Kriek, croquettes et cerises est délicieux. Enfin, derrière la très poétique salade « du tigre qui pleure » se cache en réalité du boeuf tranché de par et d’autre d’une imposante salade et relevé d’une sauce au soja parfumée. Joli mélange des cultures cher aux patrons, naturellement.

 

Stekerlapatte20159

 

Retour aux traditions avec les desserts. La mousse aux spéculoos est littéralement à se damner. Compacte, riche et gourmande : on l’adore. La tarte tatin flambée au calvados est, elle, parfaite.

A noter que la carte des suggestions évolue en permanence et permet au chef de s’exprimer au gré des saisons.

Verdict ? Une bonne petite adresse qui ne laisse pas de marbre : on voudrait que le Stekerlapatte s’inscrive, à nouveau, dans la durée, tant la démarche nous paraît intéressante, honnête et bienvenue dans le quartier.

 

Stekerlapatte20158

 

Stekerlapatte20154

 

Ouvert tous les jours jusqu’à 23h30 (0h30 en fin de semaine).Fermé le lundi.

  YoupiNote : 7,5/10

 

Au Stekerlapatte
Rue des prêtres, 4
1000 Bruxelles

Tel : +32 2 512 86 81

http://www.austekerlapatte.be


Stekerlapatte20157 Stekerlapatte20152 Stekerlapatte20151 Stekerlapatte201510

 

Votre commentaire :

Tenez-moi au courant :
avatar
wpDiscuz